PRONOSTIC COUPE DE FRANCE

Organisée par la Fédération Française de Football tous les ans, la Coupe de France, maintenant centenaire, n'a rien perdu de son charme. Les rencontres entre amateurs et professionnels et les belles histoires de petit poucet sont légion à chaque édition de la plus prestigieuse des Coupes. Démarrée très tôt pour les clubs amateurs, la Coupe commence dès début janvier pour les clubs de l'élite. Rapide tour d'horizon sur ce joyeux melting-pot des clubs affiliés à la FFF ! Compte tenu du nombre conséquent de participants, l'entrée en lice ne se fait pas au même moment selon le statut des différents clubs français. Treize tours sont organisés par la fédération : les clubs évoluant dans les districts départementaux ou en ligue régionale sont mis dans le grand bain dès le 1er tour, tandis que les équipes de L1 ont le privilège de faire leur apparition à partir des 32èmes de finale, soit au 9ème tour ! Pour les plus téméraires des clubs amateurs, la route est donc semée d'embûches car il leur faudra parfois éliminer des équipes de National ou même de Ligue 2 pour pouvoir se frotter au meilleur du football français. Pourtant en y regardant de plus près, dans l'histoire de la Coupe de France bon nombre de petits clubs sont parvenus à y laisser une trace indélébile. Le format de la compétition, en match simple (avec prolongations et séance de tir au but) le tirage au sort intégral et la tenue des matchs chez les petits poucets lorsqu'une équipe d'un échelon très supérieur est tirée au sort, sont autant d'éléments favorables à l'émergence de ces surprises. Comment bien parier quand on sait que la logique des ligues n'est pas toujours respectée ?

Comment bien parier sur la Coupe de France de football ?

Dans ce joyeux bazar qui oppose régulièrement les clubs professionnels rompus au très haut niveau aux clubs amateurs ou aux équipes d'échelons inférieurs, qui disposent de moyens financiers moindres, les rencontres des matchs de Coupe de France proposent très souvent des cotes plus qu'intéressantes. Pour flairer la surprise ou l'élimination inattendue, quelques pistes sont à étudier. Les aptitudes défensives du club amateur : C'est souvent en accrochant les équipes professionnelles à des séances de prolongations ou à la terrible séance des tirs aux buts que certains petits poucets ont réussi à éliminer des cadors. Certaines formations peuvent également réussir à inscrire un but et réussir par la suite à fermer les vannes pour préserver l'écart au score. Dans ce genre de rencontres iconoclastes, la meilleure attaque est parfois la défense ! Le pari sur le nombre de buts inscrits peut être, en ce sens, particulièrement intéressant au même titre que le nul au bout du temps réglementaire. La forme de l'équipe professionnelle : Sans ne rien vouloir retirer aux exploits des petits poucets, la forme des équipes dites professionnelles est un élément crucial. Si les surprises subviennent chaque année en Coupe de France, une partie de l'explication vient souvent de la forme désastreuse, d'un 11 remanié ou d'un complexe de supériorité de l'équipe qui part grandissime favorite avant le match. Petit exemple, les clubs de Ligue 1 qui attaquent la compétition dès début janvier, après la trêve hivernale, peuvent être très rapidement pris de court physiquement contre une équipe d'un échelon inférieur ou même des amateurs, mais qui se seront préparés intensivement pour croire à l'exploit. Une bonne connaissance du club amateur constituera également une arme de choix en vue de vos futurs paris sur la Coupe de France. À défaut, une prise d'information des récents résultats pourra également aider.

LES FACTEURS CLÉS :

La pelouse : le terrain joue un rôle important lors des matchs de coupe de France. Les clubs professionnels sont le plus toucher par ce problème lors des déplacements à l'extérieur chez un club inférieur ou amateur. Faute de moyens, les pelouses de ces clubs se révèlent être un handicap pour les professionnels habitués à jouer sur des pelouses entretenues. En plus de l'état des pelouses, les rencontres pro/amateurs ont souvent lieu en plein hiver, ce qui laisse place à de nombreuses surprises. N'hésitez donc pas à privilégier les grosses cotes.

Le calendrier : Pour les équipes professionnelles encore qualifiées après la trêve, la coupe de France est mal placée car elle intervient entre plusieurs journées de championnat et la coupe d'Europe. Raison pour laquelle plusieurs clubs préfèrent faire tourner pour protéger leurs joueurs importants et éviter les blessures. Forcément un plus pour les outsiders

Enjeu : Les rencontres de coupe France sont une bénédiction pour les amateurs qui en profitent pour jouer le match de leur vie et gagner de la visibilité auprès des médias. Dans cette envie de bien faire, ils y ajoute de l'agressivité qui peut être dangereux pour leurs adversaires. Les favoris auront donc tendance à lever le pied.

L'effectif : pour certains clubs de l'élite, la coupe de France est faite pour donner du temps de jeu aux joueurs qui en ont peu habituellement. Ainsi beaucoup de clubs font jouer les habituels remplaçants, les deuxièmes ou troisièmes gardiens. Forcément une donnée à prendre avant la coupe de France.

Qui va gagner la Coupe de France 2018-2019 ?

Si les parcours des petits clubs amateurs qui vont loin en Coupe de France ne sont pas rares, certaines étant même parvenus à atteindre la finale de la compétition (Quevilly à 2 reprises), la victoire finale reste l'apanage des clubs de Ligue 1 et plus précisément du PSG ces dernières années. Les gagnants de la Coupe hors Ligue 1 ne sont qu'au nombre de deux depuis la création de la compétition : Le Havre (1959) et L'En Avant Guingamp (2009). Ces quatre dernières années illustrent la domination et l'hégémonie du PSG puisque cela fait 4 ans que le club francilien s'adjuge la victoire finale. Déjà large leader de la Ligue 1 et maître de son sujet en championnat, le club de la capitale sera évidemment favori à sa propre succession cette saison. S’il fallait ainsi établir un prono sur le vainqueur final de cette Coupe de France 2018-2019, nos experts se tourneraient donc vers un cinquième sacre consécutif du PSG. Tant pis pour le suspense.